الأحد، 22 مايو 2011

Consultations politiques : les propositions d’El Islah et de Mohamed Saïd




Premier parti reçu ce samedi par l’instance de consultations sur les réformes politiques, le mouvement El Islah a remis à Abdelkader Bensalah une série de propositions pour le « parachèvement des réformes politiques et des mécanismes pour les faire aboutir », a affirmé son secrétaire général, Djamel Benabdeslam, à l’issue de la rencontre. « Nous avons remis un document à l'Instance contenant des propositions d'El Islah pour parachever les réformes politiques et des mécanismes sérieux et pratiques pour atteindre cet objectif », a‑t‑il dit.

El Islah, qui a déjà annoncé il y a quelques jours qu’il entendait jouer un rôle actif dans ces consultations, a même formulé des propositions pour la conduite du dialogue. But : l’entourer, selon lui, de meilleures chances de succès. « Nous avons émis des propositions pour davantage d'efficacité dans ces consultations, à travers des mécanismes pratiques relatifs à la forme du dialogue et ses étapes, en plus de garanties pour sa réussite », a affirmé Benabdeslam. Il a ajouté que son parti, hostile à l’élection d’une Constituante, a formulé des propositions sur l'ensemble des lois appelées à être amendées.





Mohamed Saïd préconise des « solutions radicales »



L’ancien candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2009, Mohamed Saïd, reçu en début d’après‑midi, a affirmé que « toute réforme politique ou d'un système doit avoir parmi ses objectifs la satisfaction des besoins de la société dans l'instauration de liberté, de la justice et de la sécurité, y compris la sécurité alimentaire de l'Algérien ».



Selon lui, le pays a plus que jamais besoin de « solutions radicales ». « Ce qui est demandé, aujourd'hui, ce n'est pas d'agir dans la précipitation pour résorber la colère de la rue mais d’œuvrer pour trouver des solutions radicales aux exigences du peuple, au lieu d'aller vers des solutions de replâtrage », a‑t‑il dit. Considérant les consultations « comme un début pour sortir le pays de ses difficultés », Mohamed Saïd a estimé que « la réussite de toute réforme ou de tout processus sérieux, repose sur deux conditions, à savoir la volonté politique pour répondre à l'exigence du changement et une parfaite connaissance de ce que veut réellement le peuple ». Mohamed Saïd n’a pas évoqué la nature des propositions qu’il a formulées.



L’instance de consultations va recevoir dimanche l’ancien chef de gouvernement, Sid Ahmed Ghozali en qualité de personnalité nationale et M. Bouguerra Soltani en sa qualité de président du MSP. Le MSP est le premier parti de l’Alliance présidentielle qui sera reçu par la commission Bensalah.
Sonia Lyes
tsa-algerie

0 التعليقات:

إرسال تعليق

((من كان يؤمن بالله واليوم الآخر فليقل خيراً أو ليصمت))